Rechercher
  • Corinne Bertaiola

Changement de nos modes de vie à cause du virus

Dernière mise à jour : 30 nov. 2020

Je ne vous apprends rien, l’arrivée de la pandémie de la COVID 19 a changé nos modes de vie mais jusqu’à quels points ?

Les changements brusques provoquent obligatoirement un déséquilibre qui va être plus ou moins important et se manifester de différentes façons d’une personne à l’autre. Qu’on en ait conscience ou non, que le déséquilibre soit minime ou énorme, nous sommes tous touchés par cette crise.


Même si toutes les crises impactent plusieurs domaines, celle-ci est tellement importante que j’ai envie de l’appeler « la crise multi face ». Elle touche la santé, l’économie, la psychologie, les relations sociales et familiales, les libertés, l’éducation…Chacun son domaine d’expertise, je ne vais pas développer tous ces aspects mais vous parler de notre hygiène de vie par rapport à ces changements. Que puis-je faire, moi, à mon échelle, dans ma vie de tous les jours, pour travailler sur mon équilibre ? Pourquoi est-ce important ?



POURQUOI NE PAS ATTENDRE SIMPLEMENT QUE ÇA PASSE ?


Le corps a un fonctionnement complexe, où tout est lié. Par exemple, l’intestin n’est pas seulement un organe ayant un rôle dans la digestion et permettant d’éliminer des déchets, il va filtrer les molécules issues de la digestion et absorber les nutriments essentiels afin qu’ils soient redistribués grâce au circuit sanguin, à chaque organe en fonction de ses besoins. L’intestin abrite aussi 80% de notre système immunitaire (très important en cas d’attaque virale !). Pour résumer, dans l’exemple que j’ai donné, l’intestin est lié à la digestion, l’élimination, l’assimilation de particules essentielles, la filtration et l’immunité. En plus de tous ces liens physiologiques, il faut ajouter l’influence du mental sur le corps. Si je reprends mon exemple de l’intestin, vous savez bien qu’une contrariété, une grande émotion ou un stress, peuvent provoquer une diarrhée ou une constipation, et donc perturber le fonctionnement de celui-ci.



Tout cela pour en arriver où ? Eh bien, au fait que le moindre déséquilibre va avoir un impact sur tout le reste. Notre corps travaille sans relâche pour maintenir l’équilibre partout et tout le temps, un équilibre de température, un équilibre de pH, un équilibre de volume d’eau, de sang, de toxines…Avec tout ce qu’il gère déjà, il arrive à compenser un repas bien chargé pour les fêtes, une nuit d’insomnie, un stress au boulot car ces changements sont occasionnels et sur une courte durée.


Actuellement, les changements que nous connaissons sont trop importants et sur une durée trop grande pour que le corps puisse gérer ça tout seul. Pour certaines personnes cela va se traduire par une prise de poids, d’autres un dérèglement du sommeil, un dérèglement hormonal, d’autres vont s’emporter pour un rien ou encore être dans un état dépressif ou bien paralysés par la peur. Il est vrai que les personnes ayant un mode de vie très sain habituellement, qui vivent à la campagne et qui sont de nature détendue, vont beaucoup mieux s’adapter et ne verront leur équilibre que très peu perturbé, mais ces personnes représentent quel pourcentage de la population ?



LES CHANGEMENTS AU NIVEAU DU TRAVAIL


Nombreux sont ceux qui se sont retrouvés à faire du télétravail, ce qui vu les

circonstances, est très bien. Ce mode travail a de nombreux avantages : économie de temps de trajet et de carburant, plus de flexibilité des horaires, plus efficace pour ceux qui peuvent être dans le calme chez eux à la place d’un endroit bruyant et évidemment, plus de sécurité par rapport au virus. Cependant, ce n’est pas toujours facile de séparer vie personnelle et vie professionnelle quand le travail s’invite chez vous.



Tout d’abord, nous ne nous levons plus à la même heure et nous sommes moins actifs. On ne marche plus de sa voiture à son bureau (son atelier, son salon…) ou dans les couloirs, les distances à faires dans la maison sont moins grandes que dans des

locaux donc on passe beaucoup plus de temps assis. Sans oublier que les activités sportives sont suspendues et les salles de sport fermées. Autre inconvénient, en étant confinés, nous passons plus de temps devant les écrans, que ce soit pour le travail ou pour se détendre. Entre les réunions en visioconférence, les documents à télécharger ou à rédiger, les différentes interfaces d’informations qui se multiplient…tout cela s’ajoute aux « écrans loisirs » comme les séries télés et les réseaux sociaux (puisque nous sommes en manque de lien social). Cette exposition prolongée aux écrans engendre une fatigue oculaire et peut être source de migraine mais surtout elle abîme la rétine (notamment à cause de la fameuse lumière bleue) et perturbe le cycle du sommeil.



RESTER ENFERMÉ


Ceux qui ont la chance d’avoir un jardin, peuvent en profiter, pour les autres c’est plus compliqué. Ce deuxième confinement se faisant avec l’arrivée du froid et de l’hiver, nous avons globalement plus tendance à rester à l’intérieur. Pour ne pas trop augmenter les factures, on aère moins et pourtant, avec le virus, il faudrait ventiler

davantage. Nous passons plus de temps dedans, donc l’intérieur est plus pollué. Nous respirons en rejetant du CO2, nous cuisinons un peu plus, chauffons un peu plus, il est donc nécessaire d’aérer notre habitat.

Il est important de sortir prendre l’air au moins 30 minutes par jour. Cela permet d’une part de faire une pause et se détendre mais surtout de s’oxygéner. La lumière naturelle du jour influence le moral, permet la synthèse de la vitamine D qui renforce entre autre, le système immunitaire. La lumière du jour active aussi la mélanine, précurseur de la mélatonine, hormone du sommeil.



PAS DE SORTIE ET MOINS D’INTERACTIONS SOCIALES


Les relations que nous entretenons avec autrui vont influencer notre mental qui lui, influence à son tour notre corps physique. Des études ont montré que les personnes atteintes de graves maladies comme le cancer ou subissant des opérations lourdes, se rétablissaient beaucoup plus vite lorsqu’elles sont entourées de proches bienveillants et réconfortants. Un sourire, un échange de regard, une main posée sur l’épaule, serrer quelqu’un dans ses bras, sont des manifestations de soutien, d’amour, et sont des gestes réconfortants qui agissent sur notre mental. Hors avec cette crise, nous avons pris nos distances avec les autres, pour les protéger et pour se protéger bien sûr. Nous sommes cachés derrière un masque, certes nécessaire. Mais tout cela impacte fortement notre moral et affecte notre résistance et notre vitalité.



+ DE STRESS


La menace de la contamination est partout autour de nous et cette menace instaure la peur, réaction tout à fait normale. Nous n’avons pas seulement peur d’être malade, mais surtout de transmettre le virus à des personnes qui nous sont chères et qui sont peut-être plus fragiles que nous, nous avons peur pour notre emploi ou notre entreprise, notre commerce, peur pour notre stabilité financière. Cependant des choses se mettent en place pour diminuer ces peurs : les gestes barrières (masques, gels désinfectants, distances…) pour la transmission du virus, des aides de l’état et des adaptations (vente à emporter, télétravail…) pour notre travail sont possibles. La peur pour laquelle on ne peut rien faire, c’est la peur de l’inconnu. En effet, on ne sait pas combien de temps va durer cette crise, si le virus va muter, si les vaccins seront efficaces, si on pourra à nouveau serrer contre nous les gens qu’on aime et quand. Certains se demandent s’ils pourront se marier, s’ils pourront rencontrer leur âme sœur, s’ils pourront revoir leurs parents ou grands-parents…Toutes ces peurs s’ajoutent au stress habituel et c’est beaucoup trop !



QUOI FAIRE ?


Pour compenser un peu ces changements et le stress accru, il est important de garder une bonne hygiène de vie.


Ø Garder un bon sommeil réparateur permet de mieux éliminer les toxines, d’abaisser le stress et de soutenir le système immunitaire. Pour cela, commençons par mettre un réveil pour se lever assez tôt, ensuite prenons l’air avec la pause méridienne afin d’avoir de la mélatonine le soir, essayons d’éviter la position assise trop longtemps dans la journée et essayons de bouger un peu (se lever plusieurs fois, se déplacer dans la maison, s’étirer, faire quelques mouvements d’échauffement, monter et descendre les escaliers…). Pour finir, diminuons un peu les écrans en limitant son temps sur les réseaux sociaux ou bien en préférant discuter avec quelqu’un au téléphone sans enclencher le mode vidéo, en lisant un bon livre avant de s’endormir.



Ø Garder une bonne alimentation aidera énormément à garder une bonne vitalité et

un bon système immunitaire. Notre mental va nous donner des pulsions alimentaires car il sera en demande de quelque chose qui l’apaise par rapport au stress ambiant, nous avons donc envie de sucre, de chocolat, d’alcool…mais ce n’est pas la solution car ces aliments sont très acidifiants, ils sont inflammatoires et abaissent l’efficacité de notre système immunitaire. Il faut se faire plaisir de temps en temps mais pas tous les jours, sinon cela entraine fatigue, irritabilité et douleurs. Je ne dis pas qu’il faille se mettre au régime, je conseille juste de ne pas changer ses habitudes alimentaires pour de nouvelles habitudes qui seraient pires sous prétexte qu’on est déprimé parce que le résultat sera qu’on deviendra encore plus déprimé et affaibli.



Ø Prendre soin de soi et de son mental. Pour calmer le stress et réconforter son mental, il est important de se chouchouter. Se faire du bien sous différentes formes : écouter de la musique qu’on aime, prendre le temps d’être avec les personnes de son foyer en parlant ensemble, en chantant, en jouant à des jeux de société, leur dire qu’on les aime. On peut aussi téléphoner à des gens qui nous manquent. Prendre du temps pour soi, pour méditer, pour jardiner, prendre un bain, lire un livre ou un magazine. Ou pourquoi pas coudre, peindre, sculpter, bricoler…il y a plein de façons de se faire plaisir. Avoir des pensées positives envers soi-même aide aussi à aller de l’avant.


Ø Garder un rythme sur la journée en programmant des choses à faire permet à

l’esprit d’être moins déstabilisé. On a l’impression d’avoir un emploi du temps comme au travail. Cela aide à ne pas s’ennuyer et éviter les grignotages. Mais surtout, le fait d’accomplir des objectifs renforce le sentiment d’être utile et efficace et donc renforce l’estime de soi (et calme le mental par la même occasion).





Vous l’aurez compris prendre soin de son mental est tout aussi important que prendre soin de son corps.


N’hésitez pas à me contacter si vous avez besoin d’un petit coup de pouce pour retrouver une bonne alimentation ou si vous souhaitez une séance de relaxation.


Prenez soin de vous !


#virus

13 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout