Rechercher
  • Corinne Bertaiola

Manger sain ? Non merci, je préfère garder mon bras !

Dernière mise à jour : févr. 16



Manger-sain-naturopathie

Vous aussi, vous entendez partout qu’il faut manger sainement, manger bio, qu’il faut 5 fruits et légumes par jour…et vous pensez : « Mais ça coûte un bras (voir 2) ! Je n’ai pas les moyens moi ! » ou encore « Je n’ai que deux bras et ils sont déjà très occupés avec mes trois enfants, je n’ai pas que ça à faire de cuisiner, je n’en ai pas la force ! ».



Mais c’est quoi concrètement manger sain ? Avez-vous réellement fait le calcul ? Bio ou pas ? Avez-vous cherché des moyens de gagner du temps ?

Je vous propose de faire un petit tour du sujet.



Manger sain, comment ?


Tout le monde n’a pas la même « définition » de repas sains. Certains vont affirmer qu’il faut manger beaucoup de crus, d’autres qu’il faut composer ses repas avec toutes les catégories d’aliments, ou au contraire qu’il faut dissocier…Pour ma part, je parlerais plutôt de bonnes habitudes alimentaires. Je vais vous donner celles qui reviennent dans beaucoup de principes naturopathiques et qui peuvent convenir à une majorité de personnes (je rappelle que chaque personne a une alimentation unique qui lui correspond et qui évolue au cours de sa vie).


Pour faire court, il faudrait :

· manger des légumes à tous les repas

· ne pas oublier les légumineuses (lentilles, pois chiches, haricots rouges et blancs)

· supprimer le sucre (desserts, biscuits, gâteaux, chocolat, viennoiseries, sodas…)

· limiter les protéines animales (viandes, poissons, œufs) à 4 fois par semaine

· limiter les pâtes (complètes ou semi-complètes) et les pommes de terre à 1 fois par semaine

· limiter alcool et café et boire plus d’eau



Manger-sain-naturopathie

Il est certain qu’une personne qui mange dans un « fast food célèbre » toutes les semaines, de la viande à tous les repas, qui boit des sodas tous les jours, le paquet de chips tous les week-ends et le paquet de biscuits au goûter ne pourra pas manger sainement du jour au lendemain, on est d’accord !


changer-alimentation

Les changements quels qu’ils soient doivent être progressifs sinon la frustration est trop grande et on ne tient pas sur la durée mais surtout, on risque de déclencher une crise d’élimination au cours de laquelle on va se sentir très mal (ce qui aura pour conséquence d’abandonner totalement l’idée de changement) et les effets ne seront pas bénéfiques pour l’organisme.




Et donc combien ça coûte de manger mieux ?


Ces adaptations demandent donc d’acheter beaucoup plus de légumes et d’un autre côté, d’acheter moins de pâtes, moins de pommes de terre, moins de viande et moins de poissons. Déjà, quand je regarde les plus et les moins, je m’aperçois que ça penche davantage du côté du moins.


manger-sain-comparer

Si vous comparez le prix au kg des légumes et de la viande, il n’y a pas photo, les légumes sont beaucoup moins chers, même si vous prenez du bio !







Si vous achetez plus de légumes, des oléagineux (noix, amandes…), du pain complet et des pâtes complètes, du beurre bio, du lait bio, des fruits secs et des huiles de qualité…il est vrai qu’une partie du budget va augmenter mais quand vous regardez tout ce que vous n’allez plus acheter : moins d’alcool (ce qui coûte plutôt cher !), plus du tout de soda, plus du tout de crèmes desserts et beaucoup moins de yaourts, la facture sera moins épicée.


Au final, vous verrez que vous ferez même des économies !!!

manger-sain-budget

Mais alors les fruits et légumes, bio ou pas bio ?


Eh bien, je dirais pas forcément. Bio c’est un label pour lequel le producteur doit cocher un certain nombre de cases et dois payer pour avoir la certification, donc le prix de la certification se répercute sur le prix d’achat. Cela permet d’avoir un contrôle des conditions de production mais ça ne veut pas dire que le petit producteur local qui n’a pas le label bio, utilise des pesticides, il faut donc se renseigner et être sûr de la qualité du produit que vous achetez si ce n’est pas bio.


Attention tout de même à l’origine du produit car les obligations pour obtenir le label bio en France ne sont pas les mêmes qu’en Europe et dans d’autres pays mais surtout faire du bio avec des transports longs perd tout son sens. Le bio du supermarché vient rarement de France, ce qui est logique puisqu’en faisant du bio, on ne peut pas produire à outrance !


Quand on voit la toxicité des produits chimiques utilisés pour les pesticides et les engrais, on ne peut que conseiller de privilégier le bio ou les producteurs locaux qui font de la qualité, en priorité pour tout ce que vous mangez cru.



C’est bien beau tout ça mais je n’ai pas le temps !



manger-sain-naturopathie

Il faut beaucoup plus de temps pour préparer des légumes, et le temps ça n’a pas de prix, surtout quand on a des enfants !








Vous avez raison ! Les légumes, il faut les éplucher, les nettoyer, les couper en morceaux, les faire cuire et les assaisonner. Comparé à des pâtes qu’il suffit de jeter dans l’eau puis égoutter…


Le temps passé avec vos enfants, ou vos amis, ou à travailler est important mais votre santé et celle de vos enfants aussi ! Les pâtes n’apporteront pas les nutriments offerts par les légumes, ni la diversité des aliments, l’éducation du goût.


Notre corps fonctionne avec ce qu’on lui apporte, si on ne lui donne pas ce dont il a besoin pour fonctionner, il va se mettre à « dérailler ». Il sera encrassé, le système immunitaire sera affaibli et les organes au ralenti.


Si je simplifie un peu l’idée, en mangeant mal mais vite, vous allez être plus souvent malade. Combien de temps alors allez-vous perdre en étant fatigué et inefficace, en allant consulter un médecin ou en restant au lit ?



La bonne nouvelle


Avec une bonne organisation, on arrive à gagner du temps. Voyons quelles sont les astuces.


manger-sain-organisation


· Prévoir ses menus pour la semaine : on s’y met une fois pour toute et je ne passe pas 30 minutes tous les soirs à me demander ce que je pourrais bien faire pour le repas alors que Loulou doit me réciter sa leçon et que je dois convaincre Bichon d’aller prendre sa douche. Ça évitera aussi de ne jamais avoir ce qu’il faut dans le frigo et surtout on évite le gaspillage. Dans son planning, on place les pâtes le soir où on sait qu’on va être débordé ou rentrer tard.


· Les surgelés : pas besoin de les éplucher ni de les laver, ça fait gagner un temps fou et ils gardent leurs vitamines et leurs minéraux avec une longue conservation. Et en plus, il en existe des bio ! (Chez moi, épinards et brocoli c’est du surgelé !).


· Faire de plus grandes quantités et en remanger deux jours après ou bien pour en apporter le lendemain au travail, comme ça il y a les jours où on cuisine et les jours où il n’y a qu’à réchauffer.


· Le batch cooking qui est à la mode en ce moment : le principe est de cuisiner pendant 2 ou 3h pour préparer à l’avance (ce qui peut l’être) les repas du soir de la semaine. En ce qui me concerne, je n’ai pas envie de sacrifier une après-midi de week-end pour cuisiner (bravo à ceux qui ont le courage de le faire !) mais quand on regarde les menus proposés dans les livres de batch cooking, on comprend que la véritable idée lumineuse de ce concept est de choisir un aliment phare qui sera réutilisé dans 3 ou 4 recettes différentes. Du coup, en préparant un seul aliment, on prend de l’avance sur 3 ou 4 repas.



Pour finir...


Je vous ai partagé mon avis et quelques idées, à vous d’en faire ce que vous voulez.

Bien mangé ne coûte pas plus cher, mais prend un peu plus de temps, je vous l’accorde.


J’espère avoir répondu à quelques-unes de vos questions. Si vous souhaitez mettre en place de gros changements alimentaires, et que vous sentez le besoin d’être accompagné dans cette démarche, n’hésitez pas à me contacter.



#MangerSain

21 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout