accompagnement collégiens HPE HPI

Vers son vrai potentiel

Êtes-vous prêt à épargner beaucoup de souffrance à votre ado ?

Aider son enfant hypersensible et/ou HP à dépasser ses peurs pour traverser sereinement les années collège.
Vers son vrai potentiel (1).jpg

L’accompagnement :

  • Mieux gérer son stress

  • Apprendre à connaître ses forces et ses faiblesses

  • Elever la confiance en soi

  • Se placer en situation de réussite

  • Elargir sa perception du monde et des autres

  • Que le travail scolaire ne soit plus source d’angoisses et de tensions familiales

  • Être serein pour son avenir

  • Retrouver une motivation et fixer des objectifs clairs

  • Sortir de la peur du jugement

  • Comprendre ses besoins

  • Découvrir de nouvelles possibilités

hypersensible ou HPI collège
  • On espère que l’école va comprendre les spécificités de notre enfant et que les enseignants vont s’adapter à chaque élève !

  • On imagine que notre enfant sait travailler parce qu’il est à l’école depuis un certain nombre d’années maintenant et qu’il réussissait plutôt bien jusqu’à présent.

  • On pense que lorsque notre enfant exprime son mal-être, c’est simplement lié à l’adolescence et que c’est juste un peu plus marqué chez lui parce qu’il est plus sensible

  • Ou bien au contraire on comprend parfaitement ce qu’il vit et c’est une vraie torture pour nous mais on fait tout pour rester positif et l’encourager.

  • Notre enfant a le sentiment que ses résultats ne sont pas à la hauteur des efforts qu’il a fournis et pour l’encourager on lui répond que c’est déjà très bien et on passe à autre chose pour dédramatiser, de toute façon il n’est jamais satisfait.

  • On a payé des cours particuliers et cela a permis de maintenir la moyenne mais rien d’extraordinaire.

  • On décide de laisser plus d’autonomie à notre enfant car la communication devient trop conflictuelle et on veut apaiser les relations familiales.

Le nombre d’HP est estimé à 2% de la population, un nombre d’individus trop faible pour réellement s’y intéresser. Les études sont donc rares mais elles indiquent qu’à 12 ans, 20% des HP sont en échec scolaire (pas juste en difficulté !), et cet échec augmente avec l’âge.

La réussite scolaire est-elle le seul facteur à prendre en compte quand on sait que 55% des élèves ressentent un mal être et qu’une personne hypersensible ressent ce mal-être de façon intense ?

En France, on compte environ 360 000 élèves atteints de phobie scolaire menant à la déscolarisation.

mal être des ados peurs des parents

Si aujourd’hui vous pensez avoir tout essayé et que votre enfant est toujours en souffrance ou en difficulté scolaire alors qu’il a envie de bien faire et de réussir, ce n’est pas parce que vous êtes de mauvais parents, c’est que quelque chose le bloque.

  • Des émotions trop fortes, difficiles à gérer diminuent les capacités cognitives, l’attention, la mémoire et épuisent le système nerveux. En effet, le cerveau ne peut focaliser son attention sur une seule chose à la fois donc si nos émotions accaparent toute notre attention en classe, le cerveau ne peut pas assimiler les apprentissages.

  • Absence de méthodes d’apprentissage si l’enfant HP n’a pas eu besoin de mettre en place des stratégies pour arriver aux résultats quand il était plus jeune. Il est fréquent à l’école primaire, que ces enfants arrivent à la solution sans savoir comment ils ont fait car le cerveau traite les informations trop rapidement pour que l’enfant puisse prendre conscience du cheminement. Alors il ne construit pas de processus d’apprentissage et peut se retrouver bloqué quand la difficulté augmente.

  • Un conflit d’identité entre sa personnalité et son besoin d’appartenir à un groupe et s’intégrer. Les enfants HP ont parfois des difficultés à s’intégrer auprès des enfants de leur âge. Ils vont alors essayer de « rentrer dans le moule », d’être comme les autres en mettant leur propre personnalité de côté, ce qui crée un malaise intérieur. L’enfant doit apprendre à être lui-même avec les autres.

  • Une faible estime de soi et un manque d’optimisme. Ces enfants ont tendance à « se trouver nul » et se dévalorisent souvent en mettant la barre trop haute et en cherchant à tout prix la perfection qui n’existe pas. Par peur d’une trop grande déception, il arrive souvent que les enfants hypersensibles préfèrent envisager le pire plutôt que le meilleur et cette stratégie de protection engendre un manque d’optimisme qui limite leur réussite.

  • L’ennui en classe par rapport au manque de stimulations vis-à-vis de ses capacités. Pour certains, le besoin d’apprendre est tellement grand par rapport au rythme d’apprentissage de l’école qu’ils perdent toute motivation et vont parfois jusqu’à abandonner complètement.

  • L’école est source d’une grande stimulation sensorielle. Les collèges ont souvent des effectifs compris entre 500 et 1000 élèves, il y a donc énormément de mouvements et de bruits dans les couloirs, la cours, la cantine. Cela est très agressif pour l’enfant hypersensible qui arrive rapidement à saturation et vit un calvaire chaque jour.

J’ai une révélation à vous faire, l’école apprend à vivre en société, c’est-à-dire avec les autres en respectant des règles. Elle prépare nos enfants à passer des examens pour avoir des diplômes. Mais elle ne leur apprend pas à réussir leur vie !!!

J’ai aussi vécu cela selon trois angles de vue différents :

 

  1. Dans ma jeunesse, j’ai été une élève HP hypersensible et j’ai connu l’échec.

  2. J’ai enseigné en collège pendant 17 années au cours desquelles j’ai rencontré et soutenu de nombreux élèves en souffrance qu’ils soient HP ou non. Je connais bien le fonctionnement du collège, les attentes des professeurs et pour beaucoup, leur difficulté à comprendre les élèves HP.

  3. Je suis maman d’un garçon HP et hypersensible qui entre dans l’adolescence et pour être honnête, chaque jour est un défi.

Ce qui a changé pour moi :

 

Je me suis demandé à quel moment j’ai pu « oublier » ma souffrance pour vivre pleinement ma vie.

C’est quand j’ai aperçu et accepter une autre façon de voir les choses !

J’ai compris qu’il y avait différentes façons de percevoir les évènements extérieurs et qu’on peut ressentir les choses autrement. J’ai appris à me connaître pour mieux me protéger. Il m’a fallu des années pour remonter mon niveau de confiance parce que cela s’est fait à l’âge adulte. Si je l’avais compris avant, cela m’aurait épargné beaucoup de difficultés, de souffrance et peut-être même l’échec. Ce qui est sûr, c’est que les « particularités » d’un enfant HP ne disparaissent pas en vieillissant, il faut apprendre à vivre avec !

 

Tout est une question de perception !

 

La grande majorité des collégiens ont du mal à se projeter dans le futur, c’est d’ailleurs pour cela qu’il est si difficile de travailler sur l’orientation au collège. Mais quand l’élève est en souffrance, sa vision de la vie est faussée, il ne peut imaginer que la souffrance va s’arrêter un jour. Il imagine son avenir tellement sombre qu’il ne veut pas y penser, il veut juste qu’on le laisse tranquille. Hors, chaque remarque négative, des mots mal choisi, chaque erreur ou résultat insuffisant  abaissent encore un peu plus la faible estime de lui-même et la confiance qu’il s’accorde.

 

Leur état émotionnel est complètement chamboulé ! Trop de stimulations sensorielles, trop de pression et surtout trop d’hormones !

 

En tant que parent, on sait que notre ado fera bien quelque chose de sa vie mais on a peur pour lui, peur qu’il se trompe de voie et qu’il n’existe pas de retour possible. On est terrifié à l’idée qu’il ne veuille plus aller à l’école ou pire. On aimerait prendre toute cette souffrance et la gérer à sa place.

Vous aimeriez le guider mais voilà, vous êtes son père ou sa mère et il ne vous écoute pas (parce qu’à son âge on n’écoute pas ses parents).

 

 

Pour que votre ado puisse sortir de cet état où « quoi qu’il fasse (et quoi que vous fassiez), il se sent nul », il doit prendre conscience de ses perceptions et de ses capacités.

 

Il lui faut comprendre qu’il existe plusieurs perceptions d’une même réalité.

 

La perception de qui on est, de nos valeurs, de nos compétences.

La perception de ceux qui nous entourent et celle de la vie aujourd’hui et future.

 

 

Alors comment faire prendre conscience à nos enfants que leur perception du monde peut et va évoluer et qu’ils ne savent pas de quoi ils sont réellement capables ?

 

En tant que parents, vous pouvez créer un « cocon familial » sécurisant (si ce n’est pas déjà fait !), essayer de le comprendre et quand vous ne comprenez pas, parlez-en avec lui calmement, sans émettre de jugement.

Vous pouvez reconnaître la difficulté de ce qu’il vit ou du travail qu’il doit faire. Admettre que vous n’avez pas la même perception que lui (ce qui est facile pour vous, peut être compliqué pour lui).

Quelles sont les étapes pour que votre enfant se sente mieux et s’investisse sereinement dans sa scolarité ?

Apprendre à se connaître

  • Comprendre ce qui nous définit

  • Faire la différence entre perception et réalité

  • Identifier ses faiblesses et ses forces

  • Définir clairement son ou ses objectifs

 

Augmenter la confiance en soi

  • Mettre en place des actions

  • Identifier les causes internes et externes des résultats

  • Mieux gérer ses émotions

  • Apprendre à utiliser ses forces

 

Apprendre des méthodes de travail

  • S’organiser et gérer son temps à la maison

  • Quoi faire en classe ?

  • Apprendre à apprendre

  • Comprendre les consignes

Votre enfant percevra qu’il a des compétences et qu’il peut les utiliser pour réussir. Il comprendra l’importance de l’effort, à condition de définir des objectifs atteignables. Il apprendra à mieux se connaître pour pouvoir mettre en place des stratégies pour se protéger. Il retrouvera un niveau de motivation suffisant pour focaliser son attention sur les actions plutôt que sur des émotions négatives.

Qui suis-je ?

 

Je suis Corinne, naturopathe et ancienne enseignante. En tant qu’enseignante, j’ai pu suivre des formations en neurosciences. Je pratique également le Reiki, l’EFT et la cohérence cardiaque.

 

J’accompagne les collégiens à mieux gérer leurs émotions, à découvrir leur vrai potentiel pour changer de perspective et construire leur réussite.

 

Mon objectif est de montrer à votre enfant que sa vision des choses ne correspond pas toujours à la réalité et que tout le monde est capable de développer des compétences.

 

La communication entre un adolescent et ses parents est souvent conflictuelle, quelles que soient les intentions de départ. Il est très difficile pour nous parents, de faire ce travail là avec lui, d’autant plus que nous ne sommes pas objectifs puisque nos émotions personnelles sont engagées.

 

Si toute la famille est volontaire pour avancer sur ce chemin, alors on pourra mettre en place des outils efficaces pour que votre collégien trouve sa place et vive pleinement sa vie.

 

Attention, je ne fais pas de miracle ! Pour que votre enfant s’approprie les outils, il devra s’exercer, apprendre à les utiliser et s’impliquer dans toutes les séances.

 

Cela lui permettra de prendre confiance en lui, de savoir calmer les émotions trop envahissantes, de mettre en perspective sa vision du monde et mieux affronter les aléas de la vie.

collégien hypersensible

Le programme

Vers son vrai potentiel

sur 3 mois :

 

  • Comprendre qui il est et comment il fonctionne pour trouver les outils qui lui conviennent.

  • Comprendre que rien n’est définitif, tout évolue en permanence et lui aussi !

  • Ne plus se laisser déborder par un trop plein d’émotion.

  • Trouver et mettre en place un système de protection pour lui permettre de retrouver le calme intérieur et garder un esprit clair.

  • Dépasser ses croyances négatives en découvrant d’autres perceptions pour travailler son optimisme.

  • Définir ses forces pour augmenter la confiance en soi et développer ses compétences.

  • Equilibrer son hygiène de vie (écrans, sommeil, alimentation…) pour avoir de l’énergie.

  • Trouver des objectifs intermédiaires pour atteindre ses buts

  • Trouver une façon plus sereine de communiquer entre parents et enfants

  • Avoir une méthode de travail sur laquelle s’appuyer pour répondre aux attentes de l’école

  • Ne plus avoir peur de ses particularités et apprendre à s’en servir pour s’intégrer en étant soi-même.

Comment ça se passe ?

L'accompagnement comprend :

- 7 séances au total (dont 1 que pour les parents)

- 1 suivi toutes les semaines

- des exercices et des documents sur une plateforme interactive

- Bonus : 1 séance de révision sur une évaluation au choix (à prévoir à l'avance)

Cet accompagnement est pour :

 

  • Les familles (parents et surtout l’enfant) qui s’engagent à suivre le programme jusqu’au bout pour une réelle transformation. Si pour quelle que raison que ce soit, vous ou votre enfant n’êtes pas prêts à venir à toutes les séances et à faire les exercices ou les changements conseillés, alors ce programme n’est pas encore pour vous.

  • Ceux qui croient que le collège ne doit pas forcément ressembler à un cauchemar pour les enfants hypersensibles et/ou HP.

  • Ceux qui pensent qu’au lieu de chercher une école qui pourrait s’adapter à leur enfant, il vaut mieux apprendre à l’enfant comment vivre tel qu’il est n’importe où.

Les Bonus

Une séance de révision offerte sur une évaluation au choix (à prévoir à l’avance).

Possibilité de paiement en plusieurs mensualités.

Si aucune amélioration n’est observée à la fin de l’accompagnement, vous serez remboursé.